Campus universitaire de l’IAM
20 juillet 2017
Collège Les Fontanilles
20 juillet 2017
Show all

EHPAD Les Jonquilles

Saint-Gilles (30)

Informations techniques

Maîtrise d’ouvrage

CHU de Nîmes & SEGARD

Description

Capacité de 80 lits

Montant des travaux

8 081 145 € HT

SHON

5 831 m2

État d’avancement

Réception en mai 2013

Type de Mission

Base + SSI + SIGN

Groupement

SELARL Portal Thomas Teissier Architecture Mandataire
Architecte co-traitant
BET structure et fluides : P3G ingénierie

Démarche environnementale

Isolation par l’extérieur (20cm béton + 15cm isolant)
Utilisation du canal pour alimentation PAC et rafraîchissement
Panneaux solaires et toitures partiellement végétalisées
Protections solaires adaptées

Parti architectural

Les contraintes du programme fabriquent un bâtiment compact, les contraintes du site le tordent, notre intervention le sculpte. Les pentes des toitures taillent les façades en parallélépipèdes irréguliers. Mis en volume cet ensemble forment des prismes, à l’allure taillé, des pierres précieuses. Le traitement strict des arrêtes (chéneau, angles de murs) donne un aspect contemporain au projet, mais il prend, de loin, la volumétrie d’un mas régional. Les techniques actuelles permettent la réalisation de pentes de toitures tuiles à 10%, ici les pentes vont de 16 à 30%, pour ce faire la couverture sera réalisée en sous-tuiles + 1 tuile de couvert. Ici le toit ne subit pas les murs, ils les arasent, ainsi, indépendamment de la forme du bâti, certaines pentes s’exposent parfaitement au sud et recevront les capteurs d’eau chaude solaire.

Sculpté et creusé pour former les terrasses et les patios, le bâtiment fait entrer la lumière en profondeur mais de manière contrôlée. En partie basse, des murs de galets font référence aux constructions vernaculaires (mas), et créent un soubassement à hauteur variable, fonction des hauteurs d’allèges nécessaires aux locaux. Ce soubassement, met en valeur, protège et « décolle » les corps de bâtis. Dans les chambres, les encadrements de fenêtres sont surdimensionnés pour permettre aux résidants de s’installer dans l’épaisseur, dans un sous-espace en relation forte avec l’extérieur. Fenêtre ouverte, cet espace fait office de balcon.

Dans le souci d’améliorer le confort visuel thermique et acoustique des futurs usagers, des principes ont été mis en place, répondant à une démarche environnementale.

Une des grandes cause de chute chez les personnes âgées est l’absence de luminosité. Un lieu sombre les repousse alors que la clarté les attire. Pour faciliter les déplacements les circulations sont éclairées naturellement. Afin de limiter les effets d’éblouissements qui peuvent être fatiguants visuellement une attention particulière sera portée au traitement des ouvertures (ventelles et terrasses protégées…) qui permettront de doser l’intensité de la lumière. Enfin la couleur sera utilisée non seulement pour apporter une note chaleureuse mais aussi pour le repérage dans l’espace. C’est dans cet esprit que nous proposons d’affecter une couleur différente à chaque corps de bâti, le hall étant identifiable par ses brise-soleil en lames de bois verticales (réponse au soleil d’Ouest).

Les protections solaires des locaux communs situés au sud sont réalisées soit par une casquette en lames de bois au RDC, soit par la forme de faille horizontale des percements des terrasses-loggias aux étages.

Les chambres disposent de volets roulants ou de persiennes à manœuvres électriques. Pour des gens qui souffrent de la chaleur. Le confort d’été sera également assuré par un plancher chauffant rafraîchissant (pompe à chaleur à eau). Afin de renforcer l’inertie thermique du bâtiment l’isolation sera réalisée par l’extérieur. Une attention particulière sera portée à la qualité des matériaux et des revêtements, à une gestion de la lumière et de l’acoustique adaptée , à l’élimination des obstacles et ressauts, à proposer des circulations simples, et une variation des espaces allant du collectif à l’intime…